interview: vivien lalu

Aujourd’hui c’est le compositeur Vivien Lalu qui travaille actuellement sur
la bande originale du roman « Roweyna: la Saga du Lorynorsk » qui se prétera au
jeu des questions/réponses.

LaBD: Bonjour Vivien, pourrais tu pour nos lecteurs nous parler un
peu de ton parcours personnel et comment t’es venue la passion de la musique
?

Vivien: Eh bien, salut ! Je dois avouer que la musique n’était pas ma
première passion. En fait j’étais un mordu de dessin depuis tout petit, et je
passais mon temps à griffonner pendant les cours, à la maternelle – normal, à
l’école primaire, au collège etc. J’ai même fait un BAC Arts Appliqués et je
pensais vraiment en faire mon métier. C’est là que le destin m’a fait une bonne
blague… C’est au lycée même, à l’époque ou je prenais des cours d’art, que j’ai
commencé à faire de la musique, suite à mes premières répet’ en tant que
clavieriste avec un groupe local. J’ai toujours aimé la musique. Mes parents
avaient un groupe de Rock Progressif dans les années 70 et j’ai grandi avec leur
musique, et celle de groupes comme Yes, Genesis, Kansas, Toto… je jouais déjà du
clavier depuis tout petit, avec un synthétiseur, mais ma passion s’est
véritablement enflammée à partir du lycée. Si on avait dit au petit dessinateur
que j’étais qu’un jour je ferai  la musique d’un film Warner Bros, d’émissions
TV, de documentaires, ainsi que la musique originale d’un roman, je n’y aurai
pas cru…

LaBD: Comment t’es venu l’idée de travailler sur une musique pour un
roman, d’ordinaire la musique c’est pour les films ou des médias plus actifs
?

Vivien: ce que j’adore avec les films, c’est que quand on a fini de les
regarder, ré-écouter la bande originale permet de se replonger dans l’histoire
et de se laisser immerger de nouveau dans leur univers. Les romans étant par
nature « silencieux », on pourrait croire que le seul moyen de les revisiter est
de les relire. Il est vrai que 5 ans après avoir lu « Le Seigneur Des Anneaux »,
j’en avais oublié une grande partie… Je trouve intéressant qu’une bande
originale puisse étendre l’expérience d’un livre. Par exemple, quand on lit une
scène marquante, on se projette un « film » dans la tête. Si ensuite on écoute
une pièce musicale venant illustrer ce film, alors le souvenir de ce passage
reste encore plus ancré dans la mémoire. Comme pour un véritable film en fait…
L’avantage est que l’on peut écouter de la musique beaucoup plus facilement dans
son quotidien, en même temps que l’on travaille par exemple. Un livre demande un
effort de concentration et une sorte d’isolement. Le but est donc de rompre
cette barrière, et étendre la vie d’un livre, d’un univers au delà de la
lecture…

LaBD: Quels sont tes influences musicales en terme cinématographique
mais aussi de manières générales ?

Vivien: J’admire 7 compositeurs de musiques de films en particulier. Il
s’agit de Wojciech Kilar ( Le Roi Et L’Oiseau, Dracula, La Neuvième Porte), Alan
Silvestri ( Predator, Retour Vers Le Futur), Thomas Newman ( Wall-E, Les
Orphelins Beaudelaire), Howard Shore ( The Game, Le Seigneur Des Anneaux), Basil
Poledouris (Conan Le Barbare, Starship Troopers), Hans Zimmer ( Pirates Des
Caraïbes, Inception) et bien sûr, notre maître à tous; John Williams ( est-il
besoin de le présenter ?).  J’admire chacun d’entre-eux pour leur spécialité, la
« voix » qui leur est propre. Je rêverai d’avoir l’harmonie de Kilar, la
bestialité de Silvestri, l’onirisme de Newman, la grandeur de Shore, le souffle
épique de Poledouris, la puissance de Zimmer et l’écriture de Williams. Je pense
que chacun apporte sa pierre à l’édifice. La musique est un gigantesque
ensemble, et chacun a sa place dans ce monde !

Concernant le reste,
j’aime toutes les musiques, quelque soit le style. Pour moi une bonne chanson
est une bonne chanson, qu’il s’agisse de classique, de pop, de rock, de new-age,
de funk, de rap ou de techno. Je me fiche complètement du genre musical dans
lequel s’inscrit une chanson, même si j’avoue avoir une préférence pour le métal
et plus particulièrement le progressif. Je produis d’ailleurs des albums dans ce
registre.

LaBD: As tu d’autres projets en ce moment, d’autres
collaborations?

Vivien: En parlant de métal, oui. Je produis actuellement mon deuxième
album sous mon nom (« LALU ») et je collabore en étroite collaboration avec des
musiciens venant de groupes divers tels que Symphony X, The Devin Townsend
Project, Shadow Gallery etc. j’aime écrire la musique de mes albums moi même et
la faire jouer par des musiciens de session. En fait, faire un album c’est un
peu faire la bande-son d’un film. Il y a un thème, avec tout un travail
d’écriture derrière (basse, guitare, claviers, batterie etc.) et ensuite c’est
aux musiciens d’interpréter la musique, exactement comme dans le cas d’un
orchestre. Étant un peu entre deux mondes – la musique orchestrale et la musique
rock – cela doit être ma façon de voir les choses.

LaBD: Enfin sur une note personnelle, puisque tu attends a nouveau un
heureux évènement, ces petits bonheurs de la vie ont ils eu un incidence sur ta
musique et ta manière de créer?

Vivien: Eh bien j’avoue qu’être père de famille a une seule influence :
le temps (rires). Quand on est un compositeur passionné, on peut facilement
rester des heures à écrire, sans voir le temps passer. Mon seul souhait dans la
vie serait donc d’avoir des journées de 36 heures. Sinon je ne me plains pas !
J’ai une femme adorable, une petite fille « bonheur », et une troisième va
bientôt nous rejoindre. Je suis sûr que tout est possible et qu’il s’agit
uniquement d’une question de motivation et d’organisation. Il y a longtemps,
j’avais l’habitude de ne pas lâcher une pièce avant de l’avoir terminée.
Maintenant toutes ces choses de la vie ont changé ma façon de faire. Je suis
souvent obligé de laisser le travail où il en est, et le reprendre ensuite… Il
faut voir les choses du bon côté: cela permet de revenir sur un morceau avec des
oreilles « neuves » et d’entrevoir certains changements.

LaBD: Comment voudrais tu conclure cette interview avant que la CIA
ne la censure?

Vivien: Je suis fier de travailler sur le projet Roweyna. J’ai toujours
adoré ce qu’écrit Michael (un ami d’enfance), et l’inspiration est quelque-chose
de très important pour moi. J’ai besoin de matière première pour m’exprimer. Il
me suffit de lire quelques lignes pour avoir une image en tête, image qui se
transforme en musique, il ne me reste alors plus qu’à concrétiser tout cela !
J’espère que la musique de Roweyna vous plaira !

Pour les fans de Viven Lalu je rappelle son site où
vous trouverez toutes les actus sur ce musicien de talent: www.vivienlalu.com